Site officiel de la ville d'Hautmont

Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Les Journées du Patrimoine

Les Journées du Patrimoine

Les vitraux de la Chapelle Saint-Eloi en toute transparence.

Notre ville recèle de magnifiques trésors, parfois bien confidentiels...

Cliquez sur les photos pour les agrandir...

C’est le cas des vitraux de la chapelle St Eloi, pourtant classés.

Grâce à la Mémoire d’Hautmont qui avait souhaité, dans le cadre des Journées du Patrimoine, « ouvrir et raconter » aux Hautmontois – mais pas seulement- ce lieu chargé d’histoire, ce sont plus de 150 visiteurs qui ont pu partir à la découverte des vitraux et du récit qu’ils nous content.

Un petit regret, néanmoins pour les organisateurs, le petit nombre de visiteurs issus du quartier…

Mais c’est un peu comme les Parisiens qui ne sont pas, non plus, les premiers à visiter la Tour Eiffel qu’ils ont sous leurs yeux tous les jours.

Gageons que l’an prochain, les voisins des lieux retenus pour les Journées du Patrimoine se montreront aussi curieux, si ce n’est plus, que les visiteurs extérieurs, qui, si l’on en croit les propos rapportés, ont apprécié cette « première ».

Daniel Laurent, co-secrétaire de la « Mémoire » : Tout a démarré l’an dernier avec un travail en commun sur la rue Saint Eloi, avec les élèves de CM1-CM2. On avait organisé une exposition dans cette chapelle, un événement très apprécié. Beaucoup sont entrés dans cette chapelle pour la première fois car ses ouvertures sont rares. Cette année, à l'occasion des Journées du patrimoine, nous avons souhaité mettre en valeur les splendides vitraux classés. Il faut réfléchir pour que ces lieux soient plus souvent accessibles. On peut découvrir ces vitraux le jour du culte mais si vous n’êtes pas croyant vous n’entrez jamais. Les habitants du quartier connaissent cette chapelle, mais certains ignorent totalement l'existence de ces vitraux, car de l'extérieur on ne voit rien avec les grilles qui les protègent ».

Odile Hazebroucq, membre de la « Mémoire » précise : « Auguste Labouret, le créateur de ces vitraux, est un grand artiste. C’est un orfèvre en matière de vitraux, mais aussi de mosaïques. Il en a réalisé partout en France mais aussi au Canada. Il reste trop méconnu mais il mérite toute notre reconnaissance, car son travail est exceptionnel. Le vitrail de Saint-Eloi, là, devant nous, est juste sublime ».

Fanny, venue de Gommegnies : « Je connais Hautmont mais pas vraiment son histoire. Je suis venue avec ma fille de 9 ans. Ca lui permet de découvrir ces superbes vitraux mais aussi l'histoire qu'il y a derrière. Leur réalisation est très bien expliquée. Ces métiers d’art sont trop méconnus ».

Christelle, 9 ans, fréquente la Maison de quartier du Bois-du-Quesnoy : « On apprend plein de choses. Je connaissais déjà les vitraux car j'ai participé à l'exposition l'an dernier. Le vitrail que je trouve le plus beau c’est le plus grand, qui est le plus coloré ».

Une technique révolutionnaire mise au point dans les années 30

Auguste Adolphe Labouret est né à Laon en 1871, décédé à Crozon en Bretagne, en 1964. Incrit aux Beaux-Arts, il suit également les cours de l’Ecole du Louvre, avant de s’installer maître-verrier à Paris, où il excelle également dans l’art de la mosaïque.

En charge de contrôler l’état des vitraux des grandes églises de Bretagne, il les restaure également et réalise de nombreux vitraux dans la région.

Il innove un nouveau procédé : le vitrail en dalle de verre cloisonné en ciment en 1933, il déposera même un brevet en France mais aussi en Suisse, Belgique, Angleterre, Allemagne.

Il réalisera également plusieurs mosaïques pour la basilique Ste Anne de Beaupré au Canada. En France, ses créations en mosaïques ou ses vitraux en dalle de verre ornent ou ont orné des endroits aussi divers et prestigieux que le paquebot Le Normandie, les Galeries Lafayette Haussmann, le Bon Marché à Paris et bien sûr, la chapelle St Eloi.

Pour réaliser les vitraux de la chapelle, le maître-verrier a utilisé un verre très épais, de différents coloris, fabriqué aux Glaces de Boussois, de manière artisanale.

Ces dalles de verre ont ensuite été incrustées dans le béton, selon le procédé inventé.

C'est un programme iconographique complet qui avait été commandé par le diocèse de Cambrai pour cette chapelle dédiée, afin d’y mettre en valeur Saint-Eloi, saint patron des métallurgistes, particulièrement célébré au sein des nombreuses usines locales à l’époque.

Cette technique du vitrail est exceptionnelle.

Mais au fait, d’où provient l’origine des vitraux dans les églises, mêmes les plus anciennes ?

A l’époque de la construction des premières églises, au Moyen-Age, peu de gens savaient lire.

Grâce aux vitraux, ils pouvaient connaître la vie des saints.

Les vitraux se « lisaient » comme une BD en quelque sorte !

 

La tradition s’est ensuite maintenue, les vitraux apportant aux lieux, une lumière adoucie propice au calme et au recueillement.

 

Partager cette page sur

Coordonnées

Mairie d'Hautmont
Place du Général De Gaulle
59330 Hautmont - France

Téléphone : +33 (0)3 27 63 64 70
Télécopie : +33 (0)3 27 63 64 80
Télécharger la carte de visite virtuelle (.vcf)

eZ Publish - © Citéo - Inovagora