une Ville aux multiples atouts

C’est grâce à la conjugaison de plusieurs facteurs que la Ville développe son attractivité.

  • Sa situation

Idéalement située à moins de 20 km de la frontière belge, à 100 km de Bruxelles, à 1 heure de route de Lille et à 2 heures de Paris par voie ferroviaire. Elle est également facilement accessible par voie aérienne avec la proximité de pas moins de quatre aéroports: celui de Charleroi et de Bruxelles en Belgique, de Lesquin près de Lille, et de Paris/Beauvais, avec la forte présence de Ryan Air. L’aérodrome de la Salmagne sur la commune voisine de  Maubeuge peut également accueillir sur ses pistes de petits avions de tourisme ou d’affaires. Et avec le projet de création d’un pôle multimodal qui facilitera les liaisons entre le train et le bus, Hautmont verra encore sa facilité d’accès renforcée.  

  • La Sambre: tourisme et économie intimement liés 

C’est la présence de cette rivière en plein coeur de ville et de son exploitation comme mode de transport qui a été à l’origine du développement d’Hautmont, ceci dès le Moyen-Age. C’est aussi grâce à elle qu’Hautmont, cité aux 100 cheminées au XIXème siècle, doit son essor industriel. Et c’est encore grâce à elle aujourd’hui, avec la réouverture annoncée du canal en 2020 après la rénovation de deux-ponts canaux en direction de l’Oise, que l’activité fluviale – de plaisance et de transports de marchandises – va revivre, et donc apporter une nouvelle économie. VNF a annoncé les premiers travaux sur les écluses de l’Aisne au dernier trimestre 2018. Dès la réouverture de la Sambre, bateaux de plaisance, barges et péniches pourront aller des Pays-Bas à Paris. De nombreux industriels, situés en bords de Sambre, s’intéressent de plus en plus au transport fluvial pour les matières en vrac : un mode de transport, plus écologique, plus économique et moins polluant. Le trafic annuel estimé sera de 1200 bateaux. Collectivités et Voies navigables de France croient au potentiel de la rivière. « Aujourd’hui, dans sa partie nord, la rivière voit passer 250 bateaux par an avec une logique saisonnière, de mi-mai à mi-septembre. Avant la fermeture, c’était 600, explique Isabelle Matykowski. À l’échelle régionale, l’axe a un vrai potentiel de par les territoires traversés. Un vrai potentiel touristique s’il y a une vraie logique de destination Sambre qui relie ces territoires. » En attendant sa réouverture, ils est d’ores et déjà possible d’y faire de superbes balades et de partir à la découverte de la vallée de la Sambre. 

  • Le port à sec

Plan intérieur du port à sec

Hautmont est la seule Ville au nord de Paris à disposer d’un port à sec, implanté sur d’anciennes friches industrielles, les friches STPS. Propriété de la Ville depuis 2001, les bâtiments sont composés de 5 halles, sur une surface totale de 16 000 m2 couvrant une emprise foncière de 72 000 m2. Les 3 premières halles sont dédiées à la réparation fluviale, au stockage et à l’hivernage de 128 bateaux. Les 2 autres sont mises à disposition d’entreprises industrielles. La halle qui borde la Sambre est équipée de 2 ponts roulants de trente-deux tonnes chacun. Elle est traversée par une darse de 60 m de long creusée à l’intérieur du bâtiment. La longueur de quai et de rideau est de 94 m pour s’amarrer au port à sec, le long du canal, dont 24 m de pontons pour l’aire d’avitaillement. Avec une hauteur intérieure de 10 m, c’est une véritable cathédrale de fer, prête à s’activer. L’exploitation et la gestion du port à sec s’exerceront sous forme de délégation de service public. Le gestionnaire choisi devra proposer l’ensemble des prestations suivantes : le nettoyage, l’entretien, la réparation mais aussi l’hivernage et l’avitaillement…

L’équilibre financier du contrat repose sur l’absence de subventions de la part de la ville au concessionnaire, celui-ci se rémunèrera directement sur les usagers. Le concessionnaire versera également à la commune une redevance pour l’occupation des locaux, qui viendra en amortissement des investissements réalisés par la Ville.

 

 

L’espace fluvial d’Hautmont – le port à sec et le port de plaisance – a reçu le label « Port exemplaire » en 2010 ,délivré par le Ministère des Transports.
  • Le port de plaisance

Il a été construit en 8 mois exactement sur les anciennes friches industrielles Trancel. C’est le 14 février 2013 qu’a été donné le premier coup de pelle… et c’est le 14 octobre 2013 que le premier bateau est entré dans le port. Cette réalisation, portée par la CCSA, l’intercommunalité à laquelle était rattachée la Ville à l’époque, a vu son financement assuré par différentes subventions et par la CCSA mais n’a pas impacté le budget de la Ville.

Il contribue au rayonnement de la Ville et du territoire. Sa présence a profondément modifié le paysage du centre-ville, lui donnant un petit air de Ville de bord de mer. Il comporte 60 anneaux sur 5 pontons flottants privatisés ainsi qu’un quai péniche avec une capacité de 3 péniches de type Freycinet (38,50 m). Il peut accueillir des bateaux de 8 à 15 m.  Véritable fenêtre sur l’Europe, il est une étape incontournable. Il reçoit aussi des bateaux pour de longues durées. Il contribue à la notoriété de la Ville. Sa gestion est aujourd’hui assurée par le Yachting Club d’Hautmont.

  • La réhabilitation des friches industrielles

C’est sur l’emplacement de deux importantes friches industrielles que deux projets verront prochainement le jour, avec des conséquences positives pour la Ville mais aussi pour tout un territoire: le port à sec et le Village de Marques.

  • La rénovation du coeur de ville

Centre hémodialyse

Le cœur de Ville est, lui aussi, l’objet de toutes les attentions pour sa rénovation. Ont déjà été démolies, les anciens bâtiments de l’Auberge de la Sambre et des Huileries. Prochainement devraient intervenir les démolitions des coupes de France (ex CFMN) au pied du pont de chemin de fer, le centre d’hémodialyse près du pont de Sambre et la démolition de l’école Carion. La réhabilitation du centre-ville prévoit, entre autres, l’implantation d’un chemin piétonnier allant du centre-ville au Village de Marques, la création d’un pôle multimodal (un site qui optimisera et simplifiera les liaisons entre le train et le bus), un projet immobilier en lieu et place de l’école Carion et la réappropriation du foncier avenue Marcel-Aimé, artère centrale de la ville pour de futurs aménagements.

  • La réhabilitation de l’abbaye

Abbaye vue générale 2

En plein cœur de ville, joyau de la Ville, l’abbaye bénédictine fait aussi l’objet d’un projet de réhabilitation. Ont déjà été démolies, les petites maisons vétustes -sans intérêt historique- dans la cour de l’abbaye. Inscrite à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments historiques depuis 1992, la Ville tient à mettre en valeur ce patrimoine et à souligner ce très bel héritage. Un projet hôtelier est à l’étude.

 

 

  • Le Village de Marques
Le Village de Marques

Le Village de Marques

Avec plus de deux millions de visiteurs attendus par an, et la création de 700 emplois, le Village de Marques, avec ses 110 boutiques outlet, renforcera l’attractivité de tout le territoire et dynamisera le potentiel économique et touristique de la région, en s’appuyant sur les structures de tourisme actuelles et à venir. Il accompagnera le développement du commerce local : dès l’origine du projet, les unions commerciales ont été associées à la démarche pour épauler les commerçants vers le changement. Il permettra une complémentarité « vertueuse » avec le commerce des centres-villes.

  • Le savoir-faire industriel 

Si Hautmont ne compte plus aujourd’hui 100 cheminées, elle conserve néanmoins un véritable savoir-faire industriel, avec la présence de plusieurs entreprises, parmi lesquelles l’un des fleurons de l’industrie française : les Etablissements Forgital Dembiermont, lesquels travaillent pour des secteurs de pointe comme l’aéronautique, le spatial, le nucléaire, la défense. Un savoir-faire connu et reconnu.

  • Le dynamisme entrepreneuriale

Attirés par plusieurs facteurs dont la présence de grands projets, créateurs d’emplois, la réouverture de la Sambre, la proximité de la frontière belge, l’augmentation de la population depuis quelques années, pour n’en citer que quelques uns, de nouveaux commerçants font le choix d’ouvrir leur enseigne à Hautmont. 

  • La rénovation urbaine et l’impact sur l’évolution de la population

Quartier

Depuis quelques années la population d’Hautmont ne cesse d’augmenter. Après la baisse de l’activité métallurgique dans les années 70/80 avec bon nombre de fermeture d’usines, la population d’Hautmont avait vu son chiffre diminuer. Mais dans les années 90, la Ville décide de se redonner un souffle nouveau. Plus d’un millier d’arbres sont plantés. Un ambitieux programme de Rénovation urbaine est engagé avec l’ANRU (Agence nationale de rénovation urbaine). La ville se métamorphose. Tous les quartiers sont concernés. Ils font l’objet de rénovation visant la mixité sociale et l’amélioration des conditions de vie des hautmontois. Près de 1200 logements vétustes sont détruits et reconstruits. Plus de 1600 logements sont concernés par la rénovation du patrimoine immobilier, soit près d’un logement sur quatre !

  • D’autres projets sont en cours impactant de nouveaux visiteurs comme l’extension d’une des zones commerciales de la ville.

 

Partager cette page sur :