L’abbaye, joyau de la ville

Abbaye gravure ancienne

Le comte Madelgaire, ambassadeur du roi Dagobert, et plus connu sous le nom de Saint Vincent, entreprend sa construction en 643 en un lieu dénommé « Altus Mons », une particularité qui pourrait être à l’origine du nom de la ville: Haut Mont. Rapidement des moines venus d’Irlande viennent y vivre. Avec plus de 300 membres, elle est l’une des plus importantes abbayes du royaume mérovingien et aurait reçu des visiteurs prestigieux comme Charlemagne. A partir du XIème siècle, ce sont des moines bénédictins qui l’occupent jusqu’en 1791, date à laquelle ils sont contraints à l’exil.

Au cours des siècles, l’abbaye connait des évolutions architecturales.

Vue générale de l’abbaye en gravure ancienne

Son âge d’or est atteint au XVIe siècle avec l’abbé Gaspard Hanot et ce jusqu’à la Révolution Française. L’abbaye reprend vie aussi bien au niveau religieux qu’économique ou politique. Ainsi, selon l’ouvrage des Frères Minon « Hautmont et son abbaye », l’abbaye bénédictine s’est construite en trois grands pôles et ce, entre 1588 et 1791. La cour d’honneur formait le noyau civil de l’établissement, et prend la forme d’un quadrilatère.

Le bâtiment le plus ancien de ce quadrilatère est celui situé au fond de la cour, avec le grand escalier. Il servait à accueillir les hôtes de l’abbé. L’aile droite date de 1720 et servait probablement de bibliothèque et de réfectoire aux moines. L’aile gauche fut modifiée vers 1750 et l’aile qui jouxte la place-de-Gaulle est la dernière à avoir été construite.

Vue aérienne de l’abbaye avant la démolition des maisons vétustes dans la cour

Le noyau religieux de l’abbaye était formé de l’église et de son cloître. En effet, à cette époque, il existait deux églises : une pour les paroissiens et une pour les moines, que l’on appelait église abbatiale. Cette dernière se situait à peu près au niveau de la mairie actuelle. Elle était reliée à l’aile droite de l’abbaye par un couloir fermé que l’on appelait le cloître. Les moines pouvaient ainsi tranquillement passer du réfectoire ou de la bibliothèque vers leur lieu de culte.

Quant au noyau économique de l’abbaye, il était composé de la basse-cour, située juste derrière le centre culturel actuel. Le lieu servait de brasserie aux moines avant de devenir une entreprise de fabrication de savon. Ce bâtiment, devenu par la suite une friche industrielle en raison de l’abandon de l’activité, a depuis été démoli. Les artisans vivaient juste à côté, dans des maisons qui existent toujours (impasse Wincart). L’ancienne mairie servait à entreposer le bois, la poudre, les cordes. Un potager (sur l’emplacement actuel de la rue de Maubeuge), apportait fruits et légumes frais.

Façade de l'abbaye et cour intérieure

Façade de l’abbaye et cour intérieure

L’abbaye était donc très structurée et prospère. Elle a bien entendu connu de nombreuses transformations liées aux guerres et notamment à la Révolution française ; son espace religieux a notamment été complètement détruit entre 1791 et 1811… De moteur économique et culturel, puisqu’elle possédait, au XVIIIème siècle, 40% des terres d’Hautmont, mais aussi 25 fermes, 3 moulins, 15 exploitations, elle est aujourd’hui un symbole dont tout un chacun veut connaître l’Histoire.

L’essentiel des bâtiments subsistants aujourd’hui date du XVIIIème siècle, époque durant laquelle ils furent reconstruits : le palais abbatial vers 1700, l’aile droite abritant la bibliothèque vers 1720, l’aile gauche aujourd’hui englobée dans des constructions modernes. Vers 1750, enfin, l’aile du midi ouvrant sur la Grand place. La vente des biens de l’abbaye eut lieu en 1791. Dans le bâtiment central, une manufacture de verre fut installée puis très vite abandonnée. La brasserie fut remise en activité sous Louis-Philippe et une seconde, créée dans le cloître, a cessé ses activités il y a une vingtaine d’années. Les bâtiments visibles aujourd’hui correspondent peu ou prou à l’ensemble de l’ancienne cour d’honneur. 

 

Retrouvez ce magnifique édifice dans cette  projection en 3D .

Film d’animation.

L’abbaye d’Hautmont

Visite virtuelle.

 

L’abbaye, transformée en brasserie malterie

Inscrite à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques depuis 1992, la Ville tient à mettre en valeur ce patrimoine et à souligner ce très bel héritage. Un projet de réhabilitation est à l’étude, qui nécessite du temps, de nombreuses études et des moyens.

Abbaye vue générale 2

Abbaye la nuit

En effet, la qualité architecturale de l’ensemble tel qu’on peut le voir aujourd’hui reflète assez mal l’importance de l’abbaye d’Hautmont, qui joua un rôle considérable dans le Hainaut, du Moyen-Age au XVIIème siècle.

La grande dame implique une exigence forte! L’intérieur de l’abbaye a été totalement nettoyé de tout ce qui avait pu y être entreposé au cours des siècles afin de permettre de réaliser une étude patrimoniale, actuellement en cours. L’assistance de maîtrise d’ouvrage a été désignée et une étude hôtelière, réalisée par In Extenso devrait prochainement permettre d’avancer sur un projet hôtelier. L’Abbaye, avec son projet  de réhabilitation, est complémentaire du Village de Marques « l’Escale »

Partager cette page sur :