Site officiel de la ville d'Hautmont

Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Hautmont a fêté la Libération…

Hautmont a fêté la Libération…

Blindés, les organisateurs !

C’était il y a 73 ans. Hautmont était libérée. Le week-end du 27 août, la ville était repeinte couleur kaki à l’occasion des Fêtes de la Libération, qui n’ont pas manqué de char…me !

Accès direct au reportage vidéo...

Si traditionnellement une commémoration marque toujours cet évènement, cette année la ville et ses partenaires, l’association LAMHI et Hautmont-Bateaux, ont vu grand.

Bivouac sur le port dès le vendredi, long circuit dans la région avec des dizaines de véhicules militaires d’époque le samedi, assorti d’un mémorable concert du groupe « Slap DooWap » en soirée, dépôts de gerbes et défilé en ville le dimanche avec d’imposants chars américains, s’il vous plaît, et autres engins militaires, baptêmes en véhicule amphibie, le tout sur des airs de cornemuse et d’entractes, assurés par l’UPH : Hautmont était véritablement en fête en ce dernier week-end d’août.

Et ce n’est pas Xavier Guérin de LAHMI qui dira le contraire : « Le week-end a été un très gros succès : le public est venu en nombre admirer la centaine d’engins présents sur le site. Ils ont pu découvrir quelques pièces rares parmi lesquelles deux chars Scherman M4, un tracteur d’artillerie avec un M5 hight speed et un petit char blindé canadien, un Loyd Carrier. Trois cents personnes se sont mobilisées sur le bivouac. ».

Il faut dire que l'association a réussi à organiser "le plus grand rassemblement de véhicules amphibies au nord de Paris", avec treize véhicules dont cinq Dukw, des camions de dix mètres de long.

« Un exploit et un beau spectacle : comme a tenu à le souligner le maire, Joël Wilmotte. Un grand merci à Xavier Guérin qui a permis de réunir autant de véhicules militaires et amphibies. Il s’agit d’une concentration exceptionnelle. La dernière fois où les chars sont entrés dans la ville, c’était en 1944. Cette fois-ci, je vis l’événement en direct et je suis même monté dans un de ces chars. C’est un moment très particulier pour moi. Je remercie également Pierre James, d’Hautmont Bateaux pour la mise en place d’un tel événement en cœur de ville, M. Devins, grand ordonnateur du défilé patriotique du dimanche, et bien sûr, les services de la ville, dont l’administration générale avec Mme Bodziak. Une journée sous les couleurs du pacifisme, même s’il y eut à déplorer un petit accident… avec la chute d’un participant d’un char… Heureusement il y eut plus de peur que de mal. »

Une exposition passionnante

Le saviez-vous ?

L’exposition « La libération et le vélo pendant la guerre » présentait, au centre culturel, en plus des différents types de vélos anciens et des costumes, la petite et grande Histoire de cette période, avec de multiples anecdotes. Extraits :

  • Un char peut consommer entre 500 et 700 litres de carburant au 100 km
  • Entre 200 000 et 300 000 euros, c’est le prix d’un char restauré selon le modèle
  • Le jerrycan, sorte de récipient métallique pour contenir de l’essence, tire son nom de l’association de deux mots anglais : Jerry, surnom donné aux Allemands par les Anglais et can qui signifie bidon.
  • Beaucoup de parachutes, réalisés en soie, ont fini… en robe de mariée !

Retour en images sur cette campagne militaire… paisible !

A la sauce américaine avec le groupe Slap DooWap

C’était samedi soir, sous le large chapiteau dressé sur le port. Le groupe Slap DooWap, originaire des Ardennes belges et françaises, a fait swinguer le public. Et c’est peu de le dire ! Au rythme des morceaux de rock’roll et de rockabilly, les spectateurs, venus en masse, ont véritablement été conquis par les performances de ce groupe prometteur, ne tardant pas à envahir la piste de danse, faisant vibrer une fois encore le port d’Hautmont, en cette fin de vacances.

Des réactions en rafales…

Simon, hautmontois âgé de 11 ans : « Je regarde tous les ans le défilé du 14 juillet avec mon papa. Ici c’est un peu le même. Je suis très impressionné par les chars d’assaut ».

Edouard, 22 ans, natif de Charleville-Mézières, participe au défilé : « C’est en découvrant dans la terre une baïonnette quand j’étais enfant que le déclic est venu. J’adore les belles mécaniques d’antan et j’ai beaucoup de respect pour ceux qui nous ont libérés, d’où ma présence ici. Et puis l’on se retrouve avec tous les copains ! »

 Emilie, 31 ans et Cédric, 38 ans vivent à Saint-Rémy-du Nord. Eux-aussi ont revêtu l’uniforme : « C’est mon mari qui m’a transmis sa passion. Son père avait une jeep. On connaît plein de monde ici. Et l’on veut perpétuer ce genre de manifestation. Cela fait partie de notre histoire ».

 Axel, 21 ans, arrive d’Hardelot. Il fait partie de l’association Opale Bunker History. « Mon arrière-grand-mère était dans la Résistance, explique-t-il. Elle n’est plus là mais quand j’étais gamin elle me racontait tout son vécu de l’époque, si passionnant. Je me devais de transmettre le flambeau et de faire connaître toute cette tranche de notre vie aux plus jeunes. C’est pour moi à chaque fois un hommage fort ».

 

C’était le 2 septembre 1944

Les Américains libèrent Hautmont

La 3ème  division blindée Américaine dénommée « Spearhead » (pointe de lance), placée sous les ordres du Général Major Maurice Rose, entre dans la ville par la rue de Saint-Rémy, rebaptisée pour l’occasion rue des Américains, et franchit la Sambre vers 14 h grâce aux résistants. Dix tanks allemands, signalés à Boussières-sur-Sambre, furent pris en chasse. Il y aurait également eu deux véhicules et quatre camions allemands détruits à proximité du pont de la Sambre. Le 5 septembre au soir, hormis des poches de résistance sur le littoral autour des ports, 90% du Nord-Pas de Calais est libéré ainsi que la majeure partie de la Belgique.

Partager cette page sur

Coordonnées

Mairie d'Hautmont
Place du Général De Gaulle
59330 Hautmont - France

Téléphone : +33 (0)3 27 63 64 70
Télécopie : +33 (0)3 27 63 64 80
Télécharger la carte de visite virtuelle (.vcf)

eZ Publish - © Citéo - Inovagora